Qu'est-ce que l'Observatoire de la Démocratie ?

L'Observatoire de la Démocratie ?

L'Observatoire de la Démocratie est une initiative citoyenne.
Ce site présente des données publiques de l'Assemblée nationale de la République française. L'objectif de cet outil est de permettre à chacun·e de trouver facilement des informations pertinentes - bien que non-exhaustives - concernant les député·e·s siégeant à l'Assemblée.

D'autres éclairages à propos de la vie démocratique seront déployés dans les mois à venir. Pour suivre ces évolutions, n'hésitez donc pas à nous suivre sur Twitter .

En savoir plus ?

Un·e député·e au hasard

Les derniers votes-clés

Justice

Justice : lutte contre la manipulation des informations

Vote pour la loi sur les « fake news » (20/11/2018)

La loi de lutte contre la « manipulation de l'information » a pour but d'empêcher la diffuser de fausses informations en période électorale. Pour cela, un juge pourra utiliser « toutes mesures proportionnées et nécessaires » pour faire cesser la diffusion. Le CSA pourra suspendre des chaînes d'informations et le texte insiste selon la députée Colboc à l'éducation aux médias. Le groupe LR trouve ce texte dangereux, le groupe SOC le trouve plutôt inopérant tandis que le groupe UAI alerte sur sa contre-productivité. Le groupe LFI explique que des lois existent déjà pour réprimer les fausses nouvelles car ce n'est pas quelque chose de nouveau et le groupe GDR dénonce le fait que le texte reste entièrement muet sur la concentration des médias.

Survolez le graphique pour plus de détails

Environnement

Budget : loi de finances 2019

Vote pour la suppression de l'huile de palme de la liste des biocarburants (16/11/2018)

Le député Millienne (Modem) a porté un amendement à l'article 60 du PLF 2019 prévoyant de retirer l'huile de palme de la liste des biocarburants, qui proviennent de matériaux non-fossiles afin de compléter les carburants fossiles. Cet amendement a pour but d'empêcher le développement croissant de la part d'huile de palme dans les carburants, près de 33% actuellement pour le diesel selon le député Charles de Courson (LT), et d'endiguer ainsi la déforestation dans les pays du Sud. Le secrétaire d'État Olivier Dussopt émet un avis défavorable à cet amendement, car il considère que la lutte contre la déforestation doit avoir lieu au niveau européen. Néanmoins, l'amendement est adopté par l'Assemblée nationale par deux voix d'avance.

Survolez le graphique pour plus de détails

La dernière intervention

1. transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires (Séance du mercredi 04 décembre 2019)

Explications de vote

()

Si, c’est un échec ! Une étude publiée aujourd’hui par l’UFC-Que Choisir, par exemple, montre qu’un chèque en blanc d’1,6 milliard d’euros a été signé à la grande distribution et qu’il s’est accompagné de hausses de prix pour les consommateurs sur les pâtes à tartiner, les sodas, les fromages râpés, etc. D’un autre côté, le prix du blé a baissé de 21 % et celui du lait de 5 % depuis les états généraux de l’alimentation ! Le prix du lait est inférieur de 15 % au prix de production, ce décrochage atteignant 14 % pour la viande et 8 % pour les abricots !

En même temps que vous prônez la relocalisation et la montée en gamme – cette politique du « en même temps » dont vous êtes les fidèles partisans –, il a été décidé la semaine dernière, dans le panel hormones, de doubler le volume d’importations de viande bovine des États-Unis, y compris celle nourrie avec des litières de volaille. On a également signé l’accord de libre-échange avec le Canada, et celui avec le MERCOSUR – le Marché commun du Sud – se dessine. Des questions me viennent, monsieur le ministre : l’accord du panel hormones sera-t-il examiné par notre assemblée ? aurons-nous notre mot à dire sur le doublement des importations de viande bovine en provenance des États-Unis ?

Oui à une loi sur l’étiquette du miel et l’affinage du fromage, mais elle ne résoudra pas le problème central, celui du prix : si nous voulons que l’agriculture française monte en gamme et si nous voulons sauver nos paysans, voici la réponse : les prix, les prix, les prix, les prix.