député

Occitanie / Aveyron (12) / 3e circ

M. Arnaud Viala

Les Républicains (LR)
Profession rattachée à l'enseignement
Né le 4 décembre 1974 à MILLAU (Aveyron)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

596 éléments
  • 3. Agence nationale de la cohésion des territoires (Première séance du mardi 12 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 529

    Madame la ministre, je regrette que notre collègue Baudu ait retiré son amendement, car il n’avait pas tout à fait la même portée que le vôtre. En effet, en ne mentionnant que les projets de territoire, vous excluez de fait des contractualisations dans lesquelles l’Agence sera partie prenante les projets qui n’émanent pas nécessairement des groupements de communes – les projets territoriaux étant la plupart du temps l’émanation des stratégies des EPCI. Certains projets de communes peuvent nécessiter que la contractualisation dans laquelle l’Agence nationale de la cohésion des territoires sera partie prenante les englobe et seront de fait exclus. L’amendement qui a été retiré était bien plus précis et, à mon avis, ratissait plus large.

  • 1. Agence nationale de la cohésion des territoires (Deuxième séance du mardi 12 mars 2019)

    Discussion des articles (proposition de loi) - Article 2 (suite) - Amendement no 314

    Il vise, madame la ministre, à vous donner l’occasion de nous rassurer sur l’indispensable coordination entre l’Agence nationale de la cohésion des territoires, que nous sommes sur le point de créer, et les services des préfectures de département. Il faut renforcer les prérogatives et le périmètre des préfectures de département, qui présentent l’énorme avantage, en raison de leur proximité, d’être accessibles à tous les acteurs territoriaux, notamment aux élus, pour promouvoir les dynamiques des territoires.

    Je ne voudrais pas que l’Agence, en chapeautant les préfectures, échappe aux dynamiques construites par les acteurs territoriaux, en lien et en coordination avec les préfets de département.

  • 1. Agence nationale de la cohésion des territoires (Deuxième séance du mardi 12 mars 2019)

    Discussion des articles (proposition de loi) - Article 2 (suite) - Amendement no 313

    Le projet de réforme constitutionnelle, dont l’examen est actuellement suspendu, comporte un volet important relatif à la différenciation et à l’expérimentation territoriales. Jean-René Cazeneuve et moi-même avons d’ailleurs eu l’occasion de travailler sur ce point. Nous revoyons actuellement, dans le cadre d’un rapport d’information, le rapport que nous avions élaboré avant l’été 2018 sur le sujet, afin de mesurer toute la portée de ces mesures.

    Selon moi, quels que soient les bancs sur lesquels nous siégeons dans cet hémicycle, nous appelons tous de nos vœux cette différenciation et cette expérimentation. Pour qu’elles prennent toute leur ampleur sur le terrain, elles devront être suivies et accompagnées par les services de l’État, notamment par l’Agence. L’objet du présent amendement est de le préciser. Même si nous anticipons un peu sur le contenu du texte constitutionnel dont nous allons reprendre l’examen, il serait d’ores et déjà utile de mentionner que l’Agence a la capacité de travailler en la matière.

  • 1. Agence nationale de la cohésion des territoires (Deuxième séance du mardi 12 mars 2019)

    Discussion des articles (proposition de loi) - Article 2 (suite) - Amendement no 313

    Madame la rapporteure, j’ai évoqué non pas les projets eux-mêmes, mais le principe de différenciation et d’expérimentation. Selon moi, l’Agence doit pouvoir être active en la matière. Votre réponse est donc à côté de la plaque, si vous me permettez de le dire ainsi, et a été prononcée sur un ton inutilement cassant, car je n’ai pas cherché, me semble-t-il, à être désagréable.

    J’ai dit moi-même, madame la ministre, que nous anticiperions le débat sur le principe de différenciation et d’expérimentation. Toutefois, vous n’ignorez pas qu’il figure déjà dans la Constitution.

  • 1. Agence nationale de la cohésion des territoires (Deuxième séance du mardi 12 mars 2019)

    Discussion des articles (proposition de loi) - Article 2 (suite) - Amendement no 313

    En mentionnant notre souhait que l’Agence puisse contribuer à son extension, nous n’introduirions nullement un cavalier législatif, et cette anticipation ne serait pas totalement hors de propos.