député

Occitanie / Aveyron (12) / 3e circ

M. Arnaud Viala

Les Républicains (LR)
Profession rattachée à l'enseignement
Né le 4 décembre 1974 à MILLAU (Aveyron)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

576 éléments
  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 7

    Madame la ministre, nous arrivons péniblement au moment le plus délicat de cet article, voire du texte. Cet amendement propose d’exonérer les heures supplémentaires, non seulement des charges sociales patronales et des impôts, mais aussi de CSG et de CRDS. L’année dernière, vous et M. le rapporteur m’avez opposé à un amendement semblable trois arguments que je vais de suite réfuter.

    Le premier, c’est que le Président de la République n’aurait pas voulu dire ce qu’il a dit quand il a parlé de suppression totale des charges sociales et des impôts sur les heures supplémentaires. Je m’inscris en faux, comme l’année dernière, et je vous demande, madame la ministre, de nous dire si vous pensez que les Français, en voyant annoncer à la télévision par le Président de la République qu’il n’y aura plus ni charges ni impôts, comprennent autre chose que nous, à savoir zéro charges et zéro impôts.

    Le second argument que vous m’aviez opposé, c’est que la suppression des charges patronales, de la CSG et de la CRDS pour les heures supplémentaires entraînerait une diminution de l’emploi parce que les employeurs privilégieraient le recours aux heures supplémentaires par rapport aux embauches. Et je vous ai alors répondu que votre dispositif était encadré. Nous souhaitons même qu’il le soit encore davantage, et défendrons un amendement à cet effet.

    Le troisième argument, c’était qu’on allait créer « une niche sociale », selon les propres termes du rapporteur, si nous supprimions l’assujettissement à la CSG et à la CRDS. Or le but du dispositif est d’améliorer le pouvoir d’achat de ceux qui veulent travailler plus. Je ne vois donc pas en quoi il y aurait une niche, sur un volume de surcroît très limité.

    Je vous dis ce soir que cet amendement est politiquement important, d’abord parce que la parole du Président de la République doit être suivie d’effet, et ensuite parce que dans le contexte actuel, il faut redonner confiance aux Français dans ce que leur disent leurs dirigeants, et singulièrement le premier d’entre eux. (Applaudissements sur de nombreux bancs du groupe LR.)

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 29

    Madame la ministre, je vais le dire en termes simples mais fermes : vos arguments sont totalement irrecevables.

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 29

    Ce n’est pas avec 5 000 euros par an et par salarié qu’on peut décréter que l’emploi serait en péril. Soyons raisonnables : une telle somme ne remplacera jamais un salaire et ne peut être un facteur de substitution à l’emploi.

    Deuxièmement, je suis désolé de vous dire que vous galvaudez complètement la parole présidentielle : ce n’est pas ce que le Président a dit aux Français ni ce que les Français ont entendu ! (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 30

    Cet amendement devrait vous démontrer que nous avons de la suite dans les idées et que nous cherchons à faire non pas seulement de l’opposition, mais aussi des propositions. Nous espérions vraiment que vous arriveriez à comprendre nos arguments avec les amendements précédents, et que vous accepteriez de supprimer totalement les charges patronales, la CSG et la CRDS sur les heures supplémentaires. Nous partageons votre souci de ne pas entraver la création d’emplois par un dispositif par ailleurs favorable à l’augmentation du pouvoir d’achat par le travail. En conséquence, nous proposons ici de compléter le dispositif d’encadrement du volume d’heures supplémentaires exonérées en prévoyant qu’il résulte d’un dialogue constructif entre l’employeur et le salarié, selon des modalités qui ont été détaillées dans cet amendement par mon collègue Julien Dive.

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 2 (suite) - Amendement no 30

    Présenté de cette manière, votre argument vise les grosses rémunérations. Mais ce que nous voulons à travers cet amendement, c’est donner un coup de pouce à l’effort et au travail. C’est tout.