député

Occitanie / Aveyron (12) / 3e circ

M. Arnaud Viala

Les Républicains (LR)
Profession rattachée à l'enseignement
Né le 4 décembre 1974 à MILLAU (Aveyron)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

576 éléments
  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Après l’article 2 - Amendement no 32

    Défendu !

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 3

    Cher collègue, ces retraités dont vous parlez et qui, pour la plupart, vous avaient fait confiance en 2017, vivent depuis cette date une sorte de tragédie en trois actes. Le premier acte a été l’augmentation de ces cotisations, le deuxième a été l’augmentation du carburant pour ceux qui vivent dans les territoires éloignés, et le troisième, qui est encore à venir, sera la réforme des retraites, sur laquelle vous ne dites rien et qui inquiète beaucoup les retraités.

    Pour qu’il y ait un entracte, il a fallu leur mobilisation. Cet entracte, nous sommes en train de le vivre ce soir. Il est partiel, mais sachez que leur inquiétude et leur angoisse ne s’apaiseront pas avec de bons mots comme celui que vous venez de faire. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)  

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 4 - Amendement no 3

    Nous arrivons bientôt à la fin de l’examen long et fastidieux de ce texte intitulé « mesures d’urgence économiques et sociales » et nous avons soulevé un certain nombre d’incohérences entre les annonces présidentielles et la réalité des mesures que nous nous apprêtons à voter. Première incohérence, en dépit de l’annonce de l’annulation de l’augmentation de la CSG pour tous les retraités gagnant moins de 2 000 euros, les retraités en couple ne bénéficieront pas de la mesure. Deuxième incohérence, les heures supplémentaires défiscalisées ne le sont pas tout à fait puisqu’il reste les charges patronales, la CSG et la CRDS. Troisième incohérence, la fameuse augmentation du SMIC, à travers l’augmentation de la prime d’activité que le Président a annoncée à hauteur de 100 euros ; sans parler des autres problèmes qu’elle soulève, celle-ci ne sera pas de 100 euros mais en réalité de 82 euros, puisque vous incluez l’augmentation mécanique du SMIC intervenant tous les 1er janvier et représentant à peu près 1,5 %. Je demande donc que nous inscrivions dans l’intitulé du rapport cette somme de 100 euros net mensuels, pour qu’au moins une fois dans cette soirée, il y ait concordance entre la parole présidentielle et les actes du Gouvernement et de la majorité dans cet hémicycle. Vous saisirez ainsi la dernière chance de redonner un peu de confiance aux Français, non pas en la politique, mais au moins en la parole de l’actuel Président.

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 4 - Amendement no 20

    Madame la ministre, c’est probablement l’heure très tardive qui vous conduit à mal interpréter ou à déformer nos propos. Jamais nous n’avons dit que nous voulions donner 100 euros par mois à des gens qui en gagnent 10 000. (Exclamations sur les bancs du groupe LR.)

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 4 - Amendement no 20

    Jamais nous n’avons contesté le fait que le dispositif que vous mettez en œuvre constitue une réponse urgente à une mobilisation que vous avez tout de même mis un mois à entendre.