député

Occitanie / Aveyron (12) / 3e circ

M. Arnaud Viala

Les Républicains (LR)
Profession rattachée à l'enseignement
Né le 4 décembre 1974 à MILLAU (Aveyron)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

505 éléments
  • 2. Projet de loi de finances pour 2019 (Première séance du mardi 16 octobre 2018)

    Première partie - Après l’article 2

    On va voir, on va rigoler !

  • 1. Projet de loi de finances pour 2019 (Deuxième séance du mardi 16 octobre 2018)

    Première partie - Après l’article 2 (suite) - Amendement no 136

    Il est défendu.

  • 1. Projet de loi de finances pour 2019 (Deuxième séance du mardi 16 octobre 2018)

    Première partie - Après l’article 2 (suite) - Amendement no 732

    Monsieur le ministre, je déplore le tour qu’a pris le débat. Ce n’est pas parce qu’un projet présidentiel a été validé lors des dernières élections qu’il est malvenu de débattre ici de mesures spécifiques. Si vous interdisez la discussion sur les mesures spécifiques, il n’est plus besoin de PLF ou de PLFSS : sautons directement à la prochaine élection présidentielle et fermons les portes du Parlement pendant cinq ans !

    Si notre famille politique était opposée à la désocialisation des heures de travail, indépendamment des heures supplémentaires,  c’était parce que nous contestions votre choix de la compenser par une augmentation de la CSG. Cela s’inscrivait dans une réflexion globale sur les équilibres budgétaires.

    Trois arguments plaident en faveur de la défiscalisation : premièrement, le pouvoir d’achat des personnes visées est en souffrance, en particulier dans les territoires les plus fragiles. Une discussion s’est engagée cet après-midi sur les mobilités et sur la difficulté pour les Français aujourd’hui de se rendre à leur travail depuis leur domicile compte tenu du coût du gazole. Ils ont vraiment besoin d’un coup de pouce et cela ne peut pas attendre l’éventuel projet de loi d’orientation sur les mobilités d’autant qu’il fixera peut-être un cap, mais n’apportera certainement pas des solutions immédiatement applicables.

    Deuxièmement, notre société attend un signal en faveur du travail. Partout il est question des difficultés des entreprises à recruter alors que de nombreux Français n’ont pas de travail. Cette mesure serait le signe de la revalorisation du travail.

    Troisièmement, les entreprises, et singulièrement les TPE et PME, ont besoin d’un surcroît de flexibilité. La loi PACTE ne règle pas tout. Cette mesure peut apporter un plus.

  • 1. Projet de loi de finances pour 2019 (Deuxième séance du mardi 16 octobre 2018)

    Première partie - Après l’article 2 (suite) - Amendement no 2369

    Monsieur le ministre, cet amendement se trouve isolé au milieu de ceux portant article additionnel après l’article 2, à cause de l’organisation de la discussion, mais il soulève deux vrais sujets.

    Le premier est que les véhicules électriques actuellement disponibles sur le marché ont, pour l’immense majorité d’entre eux, une autonomie relativement faible par rapport aux distances que doivent parcourir certains Français tous les jours. Ce type d’amendement crée une discrimination entre ceux qui peuvent envisager d’utiliser ce type de véhicule et ceux qui ne le peuvent pas du fait des distances qu’ils doivent effectuer – si l’on exclut, bien sûr, les véhicules très haut de gamme et très onéreux, qui ne sont naturellement pas à la portée de tout le monde.

    Le second, le plus grave à mes yeux, a trait à la propreté des véhicules électriques. Je commence à en avoir assez d’entendre des arguments « tarte à la crème » sur la propreté de ces véhicules, alors qu’il n’existe aucune étude sérieuse ni sur le recyclage des batteries, ni sur l’impact environnemental des éléments constitutifs de ces véhicules ni sur la différence entre le coût réel, en termes environnementaux, d’un véhicule thermique et celui d’un véhicule électrique, une fois détruit, retraité et recyclé. À force d’avancer ces arguments, on trompe les Français, en leur faisant croire qu’on les oriente, par des mesures incitatives, vers des véhicules propres, alors que rien ne l’étaye. Quand ce Gouvernement va-t-il se décider à nous fournir une étude sérieuse ?    

  • 2. Création d’un répertoire des maladies rares ou orphelines (Troisième séance du jeudi 11 octobre 2018)

    Discussion générale

    N’en jetez plus !