député

Nouvelle-Aquitaine / Gironde (33) / 2e circ

Mme Catherine Fabre

La République en Marche (LAREM)
Maître de conférences des Universités
Née le 19 septembre 1978 à TOULOUSE (Haute-Garonne)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

740 éléments
  • 1. Immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie (Première séance du jeudi 26 juillet 2018)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 243

    En plus des cas que vous avez cités, il y a aussi les demandes de réexamen ou liées à la liste des pays sûrs ! Il est important que ces dossiers puissent également faire l’objet d’une procédure accélérée. Avis défavorable.

  • 1. Immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie (Première séance du jeudi 26 juillet 2018)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 402

    Je vous rappelle qu’à partir du moment où on est demandeur d’asile, on bénéficie des conditions matérielles d’accueil et d’un suivi par des associations. Avis défavorable.

  • 1. Immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie (Première séance du jeudi 26 juillet 2018)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 447

    Le signal fort aux Français, c’est d’avoir une position équilibrée, tenant compte de la difficulté de la situation des demandeurs d’asile comme de la nécessité d’accélérer les procédures. Pour cela, 90 jours représentent un bon compromis. Avis défavorable à l’ensemble des amendements.

  • 1. Immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie (Première séance du jeudi 26 juillet 2018)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 316

    Madame Faucillon, je ne sais pas si vous venez d’arriver, mais je me lève régulièrement depuis ce matin pour donner mon avis sur tous les amendements.

  • 1. Immigration maîtrisée, droit d’asile effectif et intégration réussie (Première séance du jeudi 26 juillet 2018)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 316

    Néanmoins ce sera un avis défavorable puisque la vulnérabilité du demandeur d’asile est déjà prise en compte par l’OFPRA et la CNDA, qui peuvent décider de replacer le dossier en procédure normale. Or la minorité fait évidemment partie des critères de vulnérabilité.