député

Ile-de-France / Seine-Saint-Denis (93) / 11e circ

Mme Clémentine Autain

La France insoumise (FI)
Journaliste et autre média
Née le 26 mai 1973 à SAINT-CLOUD (Hauts-de-Seine)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

495 éléments
  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles -  Après l’article 3 bis - Amendement no 94

    Son titre concerne les violences lors des manifestations. Or le texte ne vise qu’une partie des violences, celles qui sont exercées par les manifestants. C’est parce qu’il ne prend jamais en considération les violences policières que nous défendons des amendements qui portent sur celles-ci.

  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles -  Après l’article 3 bis - Amendement no 94

    En l’occurrence, j’évoque devant vous le travail des journalistes qui est, parfois, empêché par des manifestants, mais aussi, parfois, par des membres des forces de l’ordre.

  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles -  Après l’article 3 bis - Amendement no 94

    Avez-vous regardé les travaux de David Dufresne ? Savez-vous ce qui s’est passé au sein des manifestations ?

  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles -  Après l’article 3 bis - Amendement no 94

    Qui a arraché des mains ? Avez-vous vu les photos des reporters ? Comment pouvez-vous être atteints d’une aussi grave cécité, qui concerne non seulement les manifestants mais également la liberté de la presse, qui est un droit fondamental ? (Exclamations continues sur les bancs du groupe LaREM.)

  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles -  Après l’article 3 bis - Amendement no 94

    Je veux parler calmement mais, comme vous pouvez le constater, madame la présidente, mes collègues couvrent ma voix. Je le dis sans crier, je le dis même avec solennité : nous sommes choqués parce que ce texte ne vise qu’une des parties des violences, parce que le Gouvernement, qui a une responsabilité, refuse de prendre en considération la logique de désescalade, et parce que le fait que la liberté de la presse ait été entachée à l’occasion des manifestations des gilets jaunes ne suscite aucune réaction de votre part, au moins par la voie d’un amendement de bon sens.