député

Ile-de-France / Seine-Saint-Denis (93) / 11e circ

Mme Clémentine Autain

La France insoumise (FI)
Journaliste et autre média
Née le 26 mai 1973 à SAINT-CLOUD (Hauts-de-Seine)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

495 éléments
  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles - Après l’article 3 bis (suite) - Amendement no 45

    Toujours dans une volonté de désescalade visant à apaiser les tensions, voire nos débats, nous proposons la création d’un observatoire des violences policières qui s’intéresserait en particulier à celles qui sont commises lors des manifestations. Cela nous permettrait de bénéficier d’informations objectives, étayées, de nature à assurer une meilleure visibilité sur ces faits. Ce serait une façon de protéger à la fois les manifestants et les policiers eux-mêmes.  

  • 1. Prévention et sanction des violences lors des manifestations (Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Discussion des articles - Après l’article 3 bis (suite) - Amendement no 45

    Je le maintiens.  

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Rappel au règlement

    Nous voterons cet amendement car si c’est flou, c’est qu’il y a un loup. Il faut inscrire clairement dans la loi que les femmes, les personnes empêchées de travailler doivent percevoir cette prime. Le rôle du Parlement est d’écrire la loi et de poser des règles. Je ne comprends pas pourquoi vous refusez systématiquement de contraindre les entreprises par la loi, en les invitant simplement à faire preuve de bonne volonté, alors que vous n’hésitez pas à graver dans le marbre de la loi la moindre mesure contraignante pour le grand nombre !

    Nous aimerions que vous soyez capables de graver aussi dans le marbre de la loi les obligations des entreprises.  

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance

    La disposition dont nous discutons a pour objet, dites-vous, de rééquilibrer le pouvoir d’achat. Mais pour donner une miette de « pouvoir-vivre » à la majorité de la population, vous avez ressuscité des mesures du vieux monde, en l’occurrence celles de l’ère Sarkozy,…

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance

    …bref, tout, absolument tout, plutôt que de partager les richesses et le travail, d’augmenter réellement les salaires, les retraites et les minima sociaux, de ponctionner les dividendes qui flambent, d’aller chercher l’argent parti en fumée dans les paradis fiscaux ou, tout simplement, de reprendre les milliards donnés aux hyper-riches par votre gouvernement, par le biais de l’ISF ou de la « flat-tax ».

    Or la défiscalisation que vous proposez, nous en connaissons le résultat, puisqu’on l’a essayée sous Sarkozy. Eh bien, après cinq années, entre 2007 et 2012, elle a produit des effets négatifs. Ce n’est pas nous qui l’affirmons, mais l’Observatoire français des conjonctures économiques, l’OFCE, qui a estimé le nombre d’emplois détruits par ce dispositif à quelque 30 000 pour la seule année 2011. Avec l’adoption du présent texte, le bilan sera plus lourd encore, et on en sait les conséquences sur les finances publiques, puisque des milliards d’euros vont partir en fumée.

    Enfin, cette mesure, et j’entends y insister car on ne l’a pas encore dit, va favoriser les plus installés dans l’emploi. En effet, 84 % des salariés du privé qui travaillent à temps plein ont recours aux heures supplémentaires, mais seulement 48 % de ceux qui travaillent à temps partiel. Or on sait que ce sont surtout les femmes qui occupent les emplois à temps partiel. De même, 55 % des hommes ont recours aux heures supplémentaires pour seulement 37 % des femmes. Cela signifie très concrètement que votre mesure va creuser les inégalités entre les hommes et les femmes, et ce n’est pas son moindre défaut. Vous auriez pu faire d’autres choix, des choix qui sont aujourd’hui… (M. le président coupe le micro de l’oratrice. – Applaudissements sur de nombreux bancs des groupes FI et GDR.)