député

Grand Est / Meurthe-et-Moselle (54) / 5e circ

M. Dominique Potier

Socialistes et apparentés (SOC)
Agriculteur
Né le 17 mars 1964 à TOUL (Meurthe-et-Moselle)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

850 éléments
  • 2. Compétences de la Collectivité européenne d’Alsace (Séance du jeudi 25 juillet 2019)

    Discussion générale

    Je répéterai ici ce que j’ai dit lors de la première lecture du texte, en rappelant toute l’estime que j’ai pour mes collègues et amis alsaciens. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LaREM et LR.) Nous devons rester dans la bonne mesure des enjeux qui nous attendent. J’éprouve un immense respect pour l’amour du pays, mais le plus important est non le pays au singulier, mais l’amour au pluriel, l’amour universel que nous avons pour la Terre. Je ne résiste donc pas au plaisir de citer une nouvelle fois Gaël Faye : « Habiter signifie se fondre charnellement dans la topographie d’un lieu, l’anfractuosité de l’environnement. »

    Cet homme parle depuis le Rwanda, depuis les drames du Rwanda et des migrations, pour tous ceux dont l’identité est une tragédie. Il faut chaque fois replacer les notions d’identité, de limite, de frontière, telles que nous les concevons, dans les enjeux du monde. Pour cela, il faut garder une juste mesure. Vous l’avez fait alors que – je le sais en tant que Lorrain, habitant du Grand Est et ami de l’Alsace – il y avait moult raisons d’être en colère, voire amer. Je pense aux blessures de l’Histoire et aux blessures symboliques que vous avez évoquées, avec une pudeur dont je vous remercie.

    Lors de la lecture précédente, j’ai insisté sur le fait que l’attachement aux lieux ne doit pas nous distraire de l’attachement aux liens. Pour ma part, je crois aux passerelles, aux liaisons de la géographie et de l’Histoire. Ainsi, l’école de Nancy, présente dans la santé publique mais aussi dans tant d’autres formes d’humanisme aux frontières de la science, des arts et de la question sociale, a beaucoup reçu, après le traité de Francfort, des Alsaciens, chercheurs, scientifiques et militants des droits de l’homme qui sont passés de l’autre côté de la frontière et ont fait de Nancy une ville frontière qui a éclairé une partie du XXe siècle.

    C’est dans ces mélanges et ces ouvertures que nous puisons le meilleur de nous-mêmes. J’ai déjà cité l’exemple du vin des Côtes de Toul, qui doit tant aux vins d’Alsace et aux vins champenois, ainsi qu’aux liens avec les vins luxembourgeois et allemands.

     

  • 2. Compétences de la Collectivité européenne d’Alsace (Séance du jeudi 25 juillet 2019)

    Discussion générale

    Encore une fois, je crois que l’attachement aux lieux ne doit pas nous faire oublier l’importance des liaisons, des réconciliations, de tout ce qui, de façon hybride, peut nous permettre de conjuguer nos talents. Il ne faut donc pas que le texte que l’Assemblée va voter malgré nous,…

  • 2. Compétences de la Collectivité européenne d’Alsace (Séance du jeudi 25 juillet 2019)

    Discussion générale

    …malgré les socialistes, qui s’abstiendront,…

  • 2. Compétences de la Collectivité européenne d’Alsace (Séance du jeudi 25 juillet 2019)

    Discussion générale

    …soit une loi d’expérimentation de clôture. Il faut chaque fois se demander comment l’enracinement dans un lieu permet l’ouverture aux valeurs universelles de la République.

    Si en 2015 – je l’assume en tant que membre de l’ancienne majorité – nous avons conduit une politique de Gribouille, je ne crois pas que cela puisse être corrigé par une autre politique du même type. Or malheureusement, pour des raisons de circonstance dont personne ici, pas même au banc du Gouvernement, n’est totalement responsable, c’est encore une politique de Gribouille que nous nous apprêtons à mener.

    Nous n’avons pas de boussole qui nous permettrait de savoir comment concilier l’agilité et l’égalité. La Lorraine, je le dis simplement, a autant de frontières que l’Alsace. Elle compte beaucoup plus de transfrontaliers. Les questions sanitaires, notamment dans les arbitrages avec le Luxembourg, se posent plus chez nous qu’en Alsace.  

     

  • 2. Compétences de la Collectivité européenne d’Alsace (Séance du jeudi 25 juillet 2019)

    Discussion générale

    Pour les infrastructures de transport, le déséquilibre entre l’Alsace et la Lorraine est encore plus important. J’avais demandé, madame la ministre, que nous prenions au moins rendez-vous, par exemple lors du Grenelle de la mobilité lancé par votre collègue Mme Borne, afin que, le moment venu, nous disposions sur le sillon mosellan des mêmes prérogatives que nos amis alsaciens sur le sillon rhénan.

    Pour toutes ces raisons, nous pensons que, faute de boussole, cette expérimentation est trop chaotique et qu’elle ne permettra pas à chaque territoire d’être au rendez-vous de la construction ni d’une République ni d’un universel, qui continuent de faire défaut.

    Aujourd’hui, les cris du peuple ne sont plus « Vive l’Occitanie », « Vive l’Alsace » ni « Vive la Normandie », mais « Vive la Terre » ! Pour que la Terre vive, nous aurons besoin du talent et de la contribution de tous les territoires, dans une logique non de fermeture mais de collaboration.

    Notre abstention n’est pas une marque de défiance envers nos amis Alsaciens.