député

Pays de la Loire / Loire-Atlantique (44) / 1e circ

M. François de Rugy

La République en Marche (LAREM)
Assistant parlementaire
Né le 6 décembre 1973 à NANTES (Loire-Atlantique)
Début de mandat : 21/06/2017 | Fin de mandat : 05/10/2018 (Nomination comme membre du Gouvernement)

Ses interventions

1 361 éléments
  • 1. Questions au Gouvernement (Première séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Programmation pluriannuelle de l’énergie

    Nous venons de rendre public le document officiel de la programmation pluriannuelle de l’énergie, qui organise une double transition. En effet, la transition énergétique est à la fois la baisse des émissions de dioxyde carbone – nous nous sommes fixé l’objectif d’une diminution de 40 % d’ici à 2030, au lieu des 30 % prévus dans la loi relative à la transition énergétique – et la diversification massive de nos sources d’approvisionnement en énergie, notamment dans la production d’électricité, pour réduire notre dépendance au nucléaire.

    Nous allons organiser cette transition, qui est déjà en marche, si vous me permettez l’expression.

  • 1. Questions au Gouvernement (Première séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Programmation pluriannuelle de l’énergie

    Les Français la pratiquent déjà, les entreprises s’y sont déjà engagées. En 2018, la consommation des carburants a baissé, après trois années consécutives de hausse, alors que nous sommes en période de croissance économique ! Nous réussissons donc à combiner croissance économique et réduction de nos émissions de CO2 ! L’énergie éolienne destinée à l’électricité a crû de 15 % et l’énergie solaire de 11 % ; dans le même temps, l’électricité produite par des centrales thermiques au fioul, au charbon ou au gaz a diminué de 27 %.

    La transition énergétique est engagée, et nous allons la poursuivre en développant les énergies renouvelables et les économies d’énergie. L’éolien maritime, offshore, va monter en puissance, tout comme le biogaz. Avec mon collègue ministre de l’agriculture et de l’alimentation, nous insistons sur le biogaz, ressource pour nos agriculteurs et source de revenus supplémentaires ; c’est une énergie fabriquée en France, qui se substitue à l’importation de pétrole, de gaz ou de charbon. C’est notre propre ressource !

  • 1. Questions au Gouvernement (Première séance du mercredi 30 janvier 2019)

    Programmation pluriannuelle de l’énergie

    Pour les économies d’énergie, nous nous inscrivons dans des démarches solidaires : nous l’avons fait pour les voitures et nous le faisons maintenant avec la chaudière à 1 euro. Cette politique est bonne pour l’économie du pays et pour le portefeuille des Français. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe LaREM.)

  • 1. Office français de la biodiversité (Deuxième séance du jeudi 24 janvier 2019)

    Discussion des articles - Article 3 (suite)

    Avis défavorable également. Puisque vous avez déposé cet amendement pour obtenir des précisions, je vais essayer d’être aussi clair que possible.

  • 1. Office français de la biodiversité (Deuxième séance du jeudi 24 janvier 2019)

    Discussion des articles - Article 3 (suite)

    La question n’est pas de savoir si je me lèverai du bon ou du mauvais pied : cette contribution, qui servira à des actions concourant à la préservation de la biodiversité, sera décidée et supervisée par les fédérations de chasse ; c’est pourquoi votre idée de cagnotte ne correspond pas du tout à l’esprit de la loi. Celle-ci est le fruit d’un accord entre le Gouvernement et le monde de la chasse ; elle fait suite à une discussion approfondie et représente un compromis. Le texte dispose en effet que les actions en faveur de la biodiversité engagées par les fédérations de chasse devront bénéficier d’au moins 5 euros par permis. Préciser la somme dans la loi impliquerait, le jour où il faudrait la réévaluer – par exemple en fonction du coût de la vie –, de changer la loi. Mais un décret ne se décide pas en catimini ; il s’agit d’une procédure qui inclut des concertations, comme nous en avons déjà mené dans d’autres domaines. La rédaction retenue, qui permet de garantir les actions de protection de la biodiversité, traduit l’accord que nous avons conclu avec les fédérations de chasse. Adopter votre amendement, qui propose de supprimer purement et simplement un des volets de cet accord, serait une très mauvaise chose.