député

Pays de la Loire / Loire-Atlantique (44) / 1e circ

M. François de Rugy

La République en Marche (LAREM)
Assistant parlementaire
Né le 6 décembre 1973 à NANTES (Loire-Atlantique)
Début de mandat : 21/06/2017 | Fin de mandat : 05/10/2018 (Nomination comme membre du Gouvernement)

Ses interventions

1 453 éléments
  • 2. Débat sur la transition écologique (Deuxième séance du mardi 02 avril 2019)

    Suspension et reprise de la séance

    Je crois que vos conclusions un peu hâtives de la consultation réalisée par le CESE sont très tirées par les cheveux, si vous me permettez l’expression. Franchement, si la démocratie, c’est celle du clic, et donc celle du lobby qui s’organise pour réaliser le plus grand nombre de clics possible pour approuver ou rejeter une proposition, quelle est l’utilité d’élections grâce auxquelles les gens confrontent leurs points de vue et qui, une fois élus, essaient d’écrire des lois équilibrées ? (Mme Sandra Marsaud applaudit.)

    Laissez-moi, d’ailleurs, pousser votre raisonnement jusqu’au bout : vous voulez qu’on organise des référendums locaux, mais quel doit être leur périmètre ? La commune, l’intercommunalité, le département, la région, la France ? Car la politique énergétique ne peut pas se décider à l’échelle communale, sinon, passez-moi l’expression, nous ne sommes pas sortis de l’auberge pour sécuriser l’alimentation de la France et des Français en électricité ! Vous le savez très bien. Va-t-on organiser dans la seule commune concernée un référendum sur l’implantation d’une centrale nucléaire ? De même pour une centrale thermique ? Et même dans le cas d’une chaufferie bois, vous verrez qu’à certains endroits, une majorité, dans la commune, se déclarera contre. La nuisance locale existe, évidemment, et il faut la prendre en considération quel que soit le type d’énergie ; reste qu’elle me paraît moins forte avec une éolienne qu’avec une centrale thermique.

    En outre, étude d’opinion après étude d’opinion, une majorité très large de Français veulent des éoliennes,…

  • 2. Débat sur la transition écologique (Deuxième séance du mardi 02 avril 2019)

    Suspension et reprise de la séance

    …souhaitent le développement de l’énergie solaire. Beaucoup utilisent d’ailleurs l’éolienne comme un symbole positif.

  • 2. Débat sur la transition écologique (Deuxième séance du mardi 02 avril 2019)

    Suspension et reprise de la séance

    Nous avons une politique énergétique, nous respectons des règles – nous n’implantons pas des éoliennes au hasard. Inutile d’en rajouter, il suffit, j’y insiste, d’appliquer les règles en vigueur. (Applaudissements sur les bancs du groupe LaREM.)

  • 1. Questions au Gouvernement (Première séance du mercredi 27 mars 2019)

    Hommage à Michel Crépeau

    Monsieur le député, vous me donnez l’occasion de rendre hommage à Michel Crépeau au nom du Gouvernement. J’ai en effet le souvenir ému de ce jour où, ayant posé une question d’actualité, il s’est effondré sur son siège, foudroyé par une crise cardiaque. J’étais moi-même collaborateur du groupe Radical-citoyen-vert qu’il présidait. J’ai un souvenir particulièrement ému de ces instants.

    Alain Tourret, son voisin de banc, a lui aussi gardé un souvenir très fort de ce moment à l’image d’un homme qui, jusqu’au bout, s’est battu dans cette Assemblée nationale pour les valeurs humanistes que vous avez rappelées.

    Michel Crépeau était un personnage aux nombreuses facettes, dont il ne faut pas garder un souvenir triste, car c’était par ailleurs un homme plein d’humour et même de gouaille, apprécié tant à La Rochelle qu’à l’Assemblée nationale, et de manière générale dans le débat public.

    Je veux me souvenir du député, du parlementaire qui aimait le Parlement. Sans aucun doute, il aimait l’idée de représenter le peuple français. Il aimait le suffrage universel, le débat et même l’art oratoire. Lui qui avait été avocat, il plaidait à l’Assemblée nationale, comme il l’avait fait devant les tribunaux. Il aimait aussi le travail législatif.

    Je veux aussi me souvenir du ministre. Nommé au Gouvernement en 1981, vous l’avez rappelé, par François Mitterrand, il y siégea pendant cinq ans, d’abord comme ministre de l’environnement, ce qui n’est pas très connu, et il finit par exercer quelques mois la fonction de garde des sceaux, ministre de la justice – ce qui était pour lui une consécration –, prenant la succession de Robert Badinter.

    Mais bien sûr, on ne peut pas comprendre Michel Crépeau sans parler de Michel Crépeau maire de La Rochelle. Je me souviens que, le jour de son enterrement, on avait le sentiment que tous les habitants de La Rochelle étaient descendus dans les rues pour le saluer une dernière fois. On le comprend quand on sait tout ce qu’il avait fait pour cette ville – vous l’avez rappelé –, y compris en matière d’écologie.

    Un dernier mot, parce que le temps me manque, et que nous pourrions parler de lui longtemps. Il eut aussi Michel Crépeau l’humaniste. Les valeurs qu’il a défendues, les combats qu’il a menés sont plus que jamais d’actualité. (Applaudissements.)

  • 1. Questions au Gouvernement (Deuxième séance du mardi 26 mars 2019)

    Tarifs de l’électricité

    La loi prévoit que les tarifs régulés de l’électricité – car il y a des tarifs proposés librement par des concurrents – sont fixés de manière indépendante par la Commission de régulation de l’énergie.