député

Pays de la Loire / Loire-Atlantique (44) / 1e circ

M. François de Rugy

La République en Marche (LAREM)
Assistant parlementaire
Né le 6 décembre 1973 à NANTES (Loire-Atlantique)
Début de mandat : 21/06/2017 | Fin de mandat : 05/10/2018 (Nomination comme membre du Gouvernement)

Ses interventions

1 930 éléments
  • 1. Énergie et climat (Première séance du vendredi 28 juin 2019)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance - Amendement no 44

    Même raisonnement et même avis.

  • 1. Énergie et climat (Première séance du vendredi 28 juin 2019)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance - Amendement no 100

    Même raisonnement et même avis : ces éléments sont déjà intégrés à l’évaluation environnementale.

  • 1. Énergie et climat (Première séance du vendredi 28 juin 2019)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance - Amendement no 415

    Pour les raisons que j’ai évoquées précédemment, j’émets un avis défavorable.

  • 1. Énergie et climat (Première séance du vendredi 28 juin 2019)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance - Amendement no 72

    Avis favorable. Je salue le rôle des députés, en l’occurrence de M. Blein, qui a fait remonter un problème constaté localement, mais qui concerne d’autres territoires. Vous êtes bien placé pour savoir ce qu’il en est des risques technologiques : dans la région lyonnaise notamment, il y a beaucoup d’industries chimiques. Avec cet amendement, on règle concrètement un problème.

  • 1. Énergie et climat (Première séance du vendredi 28 juin 2019)

    Discussion des articles - Après l’article 4 - Amendement no 473

    Je souscris au raisonnement du rapporteur. Je répète que nous menons cette bataille à l’échelle européenne, et que le sujet est évoqué dans le cadre de la feuille de route de la future Commission européenne. Plus il y aura de députés européens qui s’engageront dans cette bataille, mieux ce sera. Il y a deux fronts : premièrement, une réglementation s’appliquant à tous les vols au sein de l’Union européenne, ce qui inclura les vols français ; deuxièmement, à l’échelle internationale, la modification de la fameuse convention de Chicago et le renforcement des engagements de réduction des gaz à effet de serre du secteur aérien.

    À l’occasion du salon du Bourget, le Président de la République, le ministre de l’économie et moi-même avons rencontré l’ensemble de la filière aéronautique française, qui est en pointe au niveau mondial pour déployer des mécanismes concrets de réduction de l’impact carbone du transport aérien. Pour cela, l’ensemble du secteur doit être concerné, y compris les compagnies aériennes. Il faut le faire en coordination avec les autres pays européens, puis au niveau mondial.