député

Pays de la Loire / Loire-Atlantique (44) / 1e circ

M. François de Rugy

La République en Marche (LAREM)
Assistant parlementaire
Né le 6 décembre 1973 à NANTES (Loire-Atlantique)
Début de mandat : 21/06/2017 | Fin de mandat : 05/10/2018 (Nomination comme membre du Gouvernement)

Ses interventions

1 361 éléments
  • 2. Débat sur la Montagne d’or (Séance du jeudi 07 février 2019)

    Débat

    Quant à la question de savoir si des porteurs de ce projet ont rencontré mon cabinet, c’est quelque chose de parfaitement normal. Je vous l’ai dit, puisque vous avez assisté à l’ensemble de ce débat : si des porteurs de ce projet demandent à me voir, je les rencontrerai, parce que je souhaite rencontrer toutes les parties prenantes, dans ce cas de ce projet comme dans les autres.  

  • 2. Débat sur la Montagne d’or (Séance du jeudi 07 février 2019)

    Débat

    Non, je ne crois pas que nous ferons de ce projet la COP 21 de l’exploitation aurifère ! (Sourires.) Vous avez eu le mérite de faire apparaître la complexité du projet, plutôt que de le simplifier à outrance, et avez élargi notre réflexion sur l’exploitation de l’or en Guyane – je ne parle pas de cette exploitation dans le reste du monde, n’en étant pas responsable, même si l’on peut aussi mener des négociations internationales pour exiger de meilleures garanties.

  • 2. Débat sur la Montagne d’or (Séance du jeudi 07 février 2019)

    Débat

    Je préfère le dire franchement : non, on ne fera pas de ce projet un projet exemplaire. Tel qu’il est parti, pour de nombreuses raisons, c’est un projet d’exploitation industrielle de l’or comme il en existe ailleurs dans le monde. Ces deux compagnies œuvrent d’ailleurs dans le reste du monde, sur d’autres territoires.

  • 2. Débat sur la Montagne d’or (Séance du jeudi 07 février 2019)

    Débat

    Il ne faut donc pas se payer de mots, mais trouver une voie. Elle sera très étroite, très escarpée, souvent chaotique d’un point de vue démocratique et politique. Mais il est de notre responsabilité, en tout cas de la mienne, de trouver une voie pour gérer l’exploitation de l’or en Guyane tout en protégeant de manière précise, sérieuse et vigilante l’environnement, la biodiversité et la sécurité des populations. Car les risques, comme l’acidification des sols ou la rupture des digues que j’ai évoqués, sont des risques bien réels, et suffisamment graves pour que nous les examinions attentivement avant de prendre une décision.

  • 2. Débat sur la Montagne d’or (Séance du jeudi 07 février 2019)

    Débat

    Je rappelle cependant qu’il n’y a pas actuellement de demande concrète : il ne s’agit encore que d’intentions, d’un projet. Les procédures s’engageront lorsque la demande sera faite. Je souhaite pour ma part que le Gouvernement définisse en amont sa position sur l’exploitation de l’or en général et sur le code minier. J’y travaille, et si certains d’entre vous veulent travailler à la réforme du code minier, je les y inviterai dans les semaines qui viennent.