député

Bretagne / Ille-et-Vilaine (35) / 7e circ

M. Gilles Lurton

Les Républicains (LR)
Cadre supérieur du secteur privé
Né le 6 juillet 1963 à SAINT-SERVAN-SUR MER (Ille-et-Vilaine)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

1 456 éléments
  • 1. Croissance et transformation des entreprises (Deuxième séance du vendredi 15 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 8 bis B

    Je veux réagir aux propos de notre collègue de la majorité, Mme Nadia Hai. Je veux bien que vous passiez votre temps à donner des leçons à la terre entière…

  • 1. Croissance et transformation des entreprises (Deuxième séance du vendredi 15 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 8 bis B

    Mais si ! Vous nous avez expliqué que les majorités précédentes n’avaient jamais rien fait…

  • 1. Croissance et transformation des entreprises (Deuxième séance du vendredi 15 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 8 bis B

    Vous continuez à jouer le jeu de la condescendance pour justifier les positions d’une majorité tiraillée entre ses sensibilités – il y a les écologistes, ceux qui sont de gauche, comme la presse l’illustre bien aujourd’hui, et tous les autres.

  • 1. Croissance et transformation des entreprises (Deuxième séance du vendredi 15 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 8 bis B

    Il n’en demeure pas moins vrai que tous ces dossiers restent confrontés à un principe de réalité,…

  • 1. Croissance et transformation des entreprises (Deuxième séance du vendredi 15 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 8 bis B

    …celui de l’économie française. Je suis un défenseur acharné de l’écologie chaque fois que l’on peut faire des progrès en la matière en tenant compte de la situation de notre pays.

    Je tire un exemple des discussions de la loi EGALIM, qui a donné lieu à de nombreux débats, et à beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux. Je pense au problème du glyphosate. Lorsque nous en avons débattu dans cet hémicycle, vous vous étiez engagé, la main sur le cœur, à interdire l’utilisation du glyphosate dans les trois ans. Nous vous avions demandé de prendre en compte les différentes situations, culture par culture, et de travailler avec toutes les organisations, qu’elles soient scientifiques, agricoles ou autres.

    C’est ce que nous faisons actuellement au sein de la mission chargée du suivi de la sortie du glyphosate, présidée par mon collègue Julien Dive. Ses deux rapporteurs sont issus de la majorité, dont M. Jean-Baptiste Moreau qui rapportait le projet de loi. Nous entendons les ministres, les organisations scientifiques, les syndicats agricoles, et toutes les personnes concernées. Nous avons le sentiment que nous avançons.

    Après que vous vous êtes engagés sur un délai de trois ans, il se trouve que le Président de la République a découvert que, pour certains types de cultures, que nous avions pourtant évoqués au cours des débats, cette promesse n’était pas tenable – je pense par exemple aux cultures en escalier.

    Je me souviens de M. Richard Ferrand, l’actuel président de notre assemblée, expliquant dans l’hémicycle que si l’on s’apercevait dans les semaines suivantes que la France ne pouvait pas abandonner le glyphosate dans les trois ans, la majorité prendrait ses responsabilités et déposerait une proposition de loi.