député

Bretagne / Ille-et-Vilaine (35) / 7e circ

M. Gilles Lurton

Les Républicains (LR)
Cadre supérieur du secteur privé
Né le 6 juillet 1963 à SAINT-SERVAN-SUR MER (Ille-et-Vilaine)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

1 259 éléments
  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Suspension et reprise de la séance

    Eh oui ! C’était le bon temps !

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Après l’article 2 - Amendement no 24

    Défendu !

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 3

    Depuis le début de votre mandat, vous avez décidé de matraquer les retraités en augmentant la contribution sociale généralisée de 1,7 point pour tous ceux qui gagnent plus de 1 200 euros. Face aux protestations des retraités, et parce que vous vous êtes en partie rendu compte de l’injustice que vous avez créée, vous avez, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, exonéré 350 000 retraités supplémentaires de cette augmentation. Nous n’avons pas cessé de dénoncer cette inégalité, que vous avez créée, et de vous demander de renoncer à cette taxation des retraités, dont les revenus sont souvent le fruit de longues et dures années de travail. Là encore, vous avez refusé de nous écouter.

    Le 25 octobre, le président du groupe La République en marche, Gilles Le Gendre, répondait à nos protestations  en déclarant : « Nous avons passé un contrat avec les Français, en leur disant que nous allions baisser massivement les charges sur le travail et que nous augmenterions la CSG. » Il a ajouté : « Nous l’avons fait. Et nous ne voulons plus y revenir. »

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 3

    Eh bien, monsieur Le Gendre, ce « doudou », vous auriez mieux fait de l’agiter vous-même, car les Françaises et les Français, si vous les avez bien écoutés, n’ont jamais accepté le contrat dont vous leur parlez. (Applaudissements et sourires sur les bancs du groupe LR.)

    « Pour les retraités qui touchent moins de 2 000 euros par mois, nous annulerons la hausse de la CSG subie cette année », déclarait le Président de la République le 10 décembre 2018, lorsqu’il s’est rendu compte que ce que vous avez voulu imposer aux retraités français était insupportable. C’est une avancée que nous enregistrons, mais, comme la prime exceptionnelle et la défiscalisation des heures supplémentaires, la mesure contenue à l’article 3 de ce texte est incomplète. En effet, seuls les retraités célibataires bénéficieront d’un seuil de 2 000 euros de revenus. Pour les couples, ce plafond ne pourra pas excéder 1 500 euros par personne et par mois.



    Le Gouvernement aurait dû supprimer la hausse de la CSG pour tous les retraités. Ceux qui touchent plus de 2 000 euros de pension mensuelle ne sont pas des privilégiés qui doivent porter seuls le poids de l’effort. Le Gouvernement aurait dû indexer les pensions de retraite sur l’inflation pour redonner du pouvoir d’achat aux retraités. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

  • 1. Mesures d’urgence économiques et sociales (Troisième séance du jeudi 20 décembre 2018)

    Discussion des articles - Article 3 - Amendement no 25

    Il est défendu.