député

Nouvelle-Aquitaine / Haute-Vienne (87) / 2e circ

M. Jean-Baptiste Djebbari

La République en Marche (LAREM)
Industriel-Chef d'entreprise
Né le 26 février 1982 à MELUN (Seine-et-Marne)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

479 éléments
  • 1. Questions au Gouvernement (Séance du mardi 17 septembre 2019)

    Prix du carburant

    Je vous remercie pour votre question qui porte sur l’augmentation du prix du carburant consécutive aux événements géopolitiques que vous avez rappelés. Sur ce dossier, le Gouvernement est vigilant. Il appelle, comme vous l’avez dit, les pétroliers à la modération, et rappelle que les Français ont accès à des sites internet proposant des comparateurs de prix, dont celui du Gouvernement.

    Ce dernier, comme vous le savez, a pris des mesures fortes en matière de pouvoir d’achat au début de l’année dernière,…

  • 1. Questions au Gouvernement (Séance du mardi 17 septembre 2019)

    Prix du carburant

    …en procédant au gel de la fiscalité des carburants et en instaurant la prime à la conversion, dispositif plébiscité par les Français.

    À propos de la Corse, vous avez raison de souligner les spécificités liées à l’insularité du territoire, concernant aussi bien le transport que le stockage ou la distribution, mais vous savez aussi que ces spécificités sont indépendantes de la variation du prix du pétrole brut.

    Le fond du problème est la nécessité d’une moindre dépendance aux énergies fossiles. Vous le savez d’autant mieux que, la semaine dernière, vous avez pris une part très active au débat relatif à la loi d’orientation des mobilités, au cours duquel nous avons inscrit dans la loi la trajectoire de verdissement des flottes, une trajectoire conforme à l’accord de Paris, à la stratégie nationale bas-carbone et à la programmation pluriannuelle de l’énergie.

    En résumé, monsieur Castellani, l’implication de la France afin de garantir la stabilité de la région du Moyen-Orient est constante ; des mesures fortes sont prises en matière de soutien au pouvoir d’achat des Français ; sur le plan écologique, notre ambition est très haute. Nous tenons là trois piliers d’une action ambitieuse, responsable et efficace. (Applaudissements sur les bancs du groupe LaREM.)

  • 1. Mobilités (Première séance du jeudi 12 septembre 2019)

    Discussion des articles - Article 26 CB

    Je souscris à l’argumentation du rapporteur. Il convient de distinguer entre les véhicules utilitaires légers de plus de 2,6 tonnes, pour lesquels le marché n’est pas encore mature, et les autres, pour lesquels le report ne s’impose pas. Le dispositif proposé par l’amendement no 751 de M. Orphelin permet de régler la question des véhicules utilitaires plus légers, de moins de 2,6 tonnes, et le Gouvernement y sera favorable.

    Il convient de distinguer les véhicules de plus de 3,5 tonnes des autres utilitaires car l’offre en VUL « lourds » à très faibles émissions est encore peu développée. Si un report pur et simple de l’obligation de verdir sa flotte appliqué à l’ensemble des VUL ne s’impose pas, il paraît nécessaire d’aménager l’obligation pour les VUL lourds, ce que prévoit l’amendement no 751 de M. Orphelin puisqu’il tend à limiter le report de l’échéance du 1er janvier 2022 au 1er janvier 2023 aux seuls véhicules compris entre 2,6 et 3,5 tonnes. Le Gouvernement y sera favorable.

    J’en profite pour répondre d’un mot à M. Ruffin, qui m’interroge à propos de la ligne de train Perpignan-Rungis. De telles annonces sont courantes, mais le cadre reste clair : la ligne de fret Perpignan-Rungis, qui est saisonnière, prend fin chaque année le 15 juillet, pour reprendre début novembre.

    Le problème qui se pose est que ce train n’emporte pas suffisamment de marchandises. Le Gouvernement souhaite, par conséquent, rassembler régulièrement autour d’une table le marché de Rungis, le marché de Perpignan et la région Occitanie – c’était le cas hier encore – pour remettre des marchandises dans ce train et lui permettre de fonctionner à compter du 28 octobre, quel que soit son opérateur.

    Rien n’a changé, il n’y a pas d’annonce nouvelle, mais le Gouvernement se mobilise. J’espère que cette clarification aura été utile.

  • 1. Mobilités (Première séance du jeudi 12 septembre 2019)

    Discussion des articles - Article 26 C - Amendement no 368

    Le pouvoir de police est détenu par le préfet. Par ailleurs, des actions sont menées en ce sens au niveau national et international, notamment le projet porté par l’Organisation maritime internationale. Les objectifs que vous poursuivez avec cet amendement semblent ainsi satisfaits et je vous invite donc à le retirer.

  • 1. Mobilités (Première séance du jeudi 12 septembre 2019)

    Discussion des articles - Article 26 - Amendement no 585

    Cet amendement est important pour les salariés et, pour les mêmes raisons que M. le rapporteur, je crois nécessaire de maintenir le seuil à cinquante. Tout d’abord, il s’agit du seuil à partir duquel les discussions sur les questions de mobilité deviennent obligatoires, notamment sur la question cruciale des trajets domicile-travail.

    Ensuite, ce seuil de 50 personnes est celui à partir duquel on estime qu’une entreprise a atteint la taille critique lui permettant de proposer à ses travailleurs des opérations de mutualisation des déplacements.

    Pour ces deux raisons, il me semble que l’abaissement du seuil à 50 salariés ne complique pas d’une manière significative le travail des employeurs de TPE-PME et permet de généraliser un dispositif très bénéfique pour les salariés qui, comme on a pu le constater ces derniers temps, connaissent des difficultés importantes pour effectuer ces trajets du quotidien.