député

Auvergne-Rhône-Alpes / Cantal (15) / 1e circ

M. Vincent Descoeur

Les Républicains (LR)
Professeur agrégé de biologie
Né le 13 décembre 1962 à AURILLAC (Cantal)
Début de mandat : 21/06/2017

Ses interventions

1 081 éléments
  • 2. Organisation et transformation du système de santé (Première séance du mercredi 20 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 4 - Amendement no 122

    Comme vient de le dire notre collègue, cet amendement vise à ce que l’avis des unions régionales des professionnels de santé soit requis par les ARS en amont de l’établissement de la liste nationale des lieux d’exercice.

    Il s’agit, comme viennent de le noter plusieurs collègues, de ne pas tenir les professionnels de santé à l’écart de l’élaboration du zonage, mais tout au contraire de les y associer. Cela me semble relever du bon sens.

  • 2. Organisation et transformation du système de santé (Première séance du mercredi 20 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 5 - Amendement no 123

    J’ajoute simplement qu’il s’agit de rendre la loi plus souple. Encore une fois, c’est une proposition de bon sens. En permettant aux conseils départementaux de l’ordre de faciliter le recours à un médecin adjoint, il sera également plus facile de résoudre les difficultés qui peuvent se poser dans des zones qui n’ont pas été identifiées comme sous-dotées.

  • 3. Organisation et transformation du système de santé (Première séance du mardi 19 mars 2019)

    Discussion des articles - Article 1er (suite) - Amendement no 121

    J’ajouterai seulement que proposer que les professionnels de santé soient étroitement associés à la définition de l’offre de formation est de bon sens.

  • 1. Organisation et transformation du système de santé (Deuxième séance du mardi 19 mars 2019)

    Discussion des articles - Après l’article 2 - Amendement no 131

    Cet amendement propose que les étudiants en deuxième cycle effectuent deux stages de quatre mois auprès d’un médecin généraliste. Il s’agit de développer des stages en médecine générale dès le deuxième cycle des études médicales afin de faire découvrir cette spécialité aux étudiants et de faire naître chez eux une vocation. Cela, en outre, en renforcera l’attractivité alors que, aujourd’hui, un étudiant sur cinq ne découvrirait pas la médecine générale avant le choix de la spécialité.

  • 1. Organisation et transformation du système de santé (Deuxième séance du mardi 19 mars 2019)

    Discussion des articles - Après l’article 2 - Amendement no 1528

    Je me demande pourquoi cet amendement s’insère ici puisqu’il concerne une obligation de stage en deuxième cycle, dont nous avons déjà débattu, comme Mme la ministre l’a rappelé.

    J’en profite pour relever le caractère inquiétant de l’argument selon lequel il serait inutile de rendre obligatoires des stages dans des zones sous-dotées du fait du déficit de maîtres de stage : n’y a-t-il donc pas de salut pour ces zones ? Vous êtes bien placée pour savoir, madame la ministre, que les professeurs agrégés, dans de nombreuses disciplines, ne choisissent par leur première affectation, ce qui n’empêche pas les candidats de se présenter au concours de l’agrégation.